Station d’épuration de Parmilieu

7 juillet 2019

Ci-dessous un petit résumé de la visite, organisée de la station d’épuration de notre village.

 

La Collecte : Elle s’effectue par le réseau « des égouts » par gravitation naturelle. Les prochaines phases verront la connexion de certaines zones basses qui nécessitent un relevage par pompes.

 

La station : Elle se situe sous le hameau des Brosses . Elle est dimensionnée pour un équivalent de 1000 habitants

 

Avantages :

– Des performances épuratoires d’un haut niveau écologique en utilisant les capacités naturelles des végétaux . L’oxygénation permise par l’environnement racinaire évite les phénomènes de fermentation et donc annule toute nuisance olfactive.
– Une exploitation simple avec un minimum d’installation électromécanique et un entretien réduit à un seul fauchage annuel des lits ; les coûts d’exploitation sont donc faibles puisque sans dépenses d’énergie et sans utilisation de produits chimiques.
– La station présente également une bonne intégration paysagère sans pollution visuelle et répond aux exigences de rejet dans le milieu naturel.

 

Première étape : Dès leur arrivée les eaux à traiter passent dans un filtre mécanique, une grille qui retient les composants non organiques comme les lingettes, coton-tiges… cette opération récupère l’équivalent d’une poubelle ménagère par semaine. Ces déchets seront réorientés vers le traitement « ordures ménagères ».

 

Seconde étape : Les eaux sont dirigées vers l’un des 3 bassins « 1er niveau ».

Le filtre planté de roseaux (Phragmites Australis), à écoulement vertical est alimenté en surface. L’effluent circule par percolation verticale à travers un massif de graviers fins. Ce massif filtrant permet de retenir les matières en suspension à la surface du filtre, où elles s’accumulent. Par ailleurs, les micro-organismes y assurent les processus de dégradation de la matière organique, et un début de nitrification y est observé. Un tel filtre peut donc effectuer à la fois le prétraitement, en retenant les matières solides, et le traitement, grâce à l’action des micro-organismes.

L’alimentation du filtre se fait généralement par bâchées : l’effluent s’accumule dans un réservoir en amont, puis un dispositif automatique d’alimentation permet de déverser un important volume d’effluents de façon séquentielle sur le filtre. Un système de distribution (drains) permet de répartir uniformément l’effluent sur toute la surface du lit. Ce type d’alimentation permet une utilisation optimale du volume du filtre.

Un système de drainage (par le fond du filtre) permet à la fois de récupérer les eaux en sortie et d’assurer une oxygénation du filtre par passage d’air.  L’eau ainsi récupérée est dirigée vers l’un des 2 bassins « 2me niveau ». En effet les filtres plantés de roseaux à écoulement vertical sont souvent constitués de deux étages en série, eux-mêmes constitués de plusieurs filtres en parallèle, qui fonctionnent en alternance : on alimente un seul filtre durant trois à quatre jours, puis un autre filtre en parallèle encore trois à quatre jours, pendant que les autres sont « au repos ». Les phases de repos doivent avoir une durée au moins égale à celle de la phase d’alimentation. Elles sont nécessaires pour favoriser l’aération et l’apport d’oxygène à l’intérieur du massif afin d’y maintenir des conditions aérobies et pour réguler la croissance de la biomasse fixée. Elles permettent également aux dépôts de matière organique accumulés à la surface du lit de se déshydrater et de se minéraliser.

 

 

Et pour terminer : L’eau drainée dans le second bassin est conforme à la réglementation de rejet dans la nature (niveau D4).

 

Pourquoi les 4 mares qui se trouvent sous la station ? La station de Parmilieu a été installée dans une zone dite « Zone humide » protégée par la réglementation. La commune se devait de « re-créer » l’équivalent de zone humide. Ces 4 mares n’ont donc aucun rôle dans le fonctionnement de la station, par contre elles font le bonheur des batraciens, hérons, ragondins, chevreuils… et tout la faune fréquentant les zones humides.

 

Ci-dessous un groupe de participants à la porte ouverte du 6 juillet

 






Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.






%d blogueurs aiment cette page :